Il rêve de bus électrique

Paru dans Sud Ouest du 29 juillet 2000

Jacques Dutheil plaide pour accroître le rôle des transports en commun dans l’agglomération au détriment de la voiture. Son projet : installer des trolleybus électriques.

Jacques Dutheil, citoyen angoumoisin et représentant local de l’Association des usagers de transport en commun (AUTC), part en croisade contre la voiture. Son objectif ? Rendre la cité aux citadins et convaincre ceux qui ont fait de la voiture en ville, leur religion. Une croisade pacifique avec pour seules armes une exposition itinérante dans les communes de la Comaga et une profession de foi solide en l’avenir des transports en Commun.

A partir d’aujourd’hui et jusqu’à la fin septembre, cet employé de la Poste va sillonner l’agglomération pour prêcher la bonne parole. Sus aux voitures ! Place aux trolley bus, la solution qu’il préconise.
« C’est un système de transport électrique sans nuisances, à mi-chemin entre le bus et le tramway », explique-t-il. Son projet consiste à remplacer les bus sur les lignes les plus chargées de la STGA (notamment la 1,la 4 et la 6) par des trolleybus, en la complétant de mesures restrictives sur l’utilisation de la voiture en ville.
Jacques Dutheil imagine parallèlement la mise en place de « grande relais parkings » aux entrées de la ville : on y garerait son véhicule et on sauterait dans le trolleybus sur le trottoir d’en face. « Ce système a fait ses preuves à Strasbourg avec le tramway ».
Les villes à tramways sont sa grande. source d’inspiration :  » à Grenoble, à Strasbourg, à Rouen on a constaté un triplement de la fréquentation dès la mise en place du tram, souligne le postier. C’est sur cet effet psychologique qu’il faut compter à Angoulême. Le but ? Augmenter la part des trajets en transport en commun dans l’agglomération, qui ne représente que 7% des déplacements totaux. Pas question, pourtant de bouleverser le système de la STGA, » très performant ». Simplement de l’aménager.

LE PROJET CHIFFRE
L’homme n’est pas un illuminé d’une cause perdue. Bien sûr, il ne se fait pas d’illusions quant au plan de déplacement urbain (PDU) qui doit voir le jour cette année. Son projet n’y figurera pas. Mais son argumentaire est rodé et le coût déjà calculé (1). La transformation des trois lignes avec deux mini stations électriques sur chacune, une trentaine de véhicules (pour une fréquence de six minutes) et la mise en place des deux petits câbles électriques coûterait 312 millions de francs. . « L’équivalent de six par souterrains ». Le financement proviendrait de subventions et d’une augmentation de la taxe versement transport (2).C’est ce qui a été fait à Grenoble En tout cas, le citoyen de l’agglomération n’en supporterait pas le poids financier, selon lui. Reste à convaincre les élus. « La balle est dans leur camp, ils peuvent faire d’Angoulême une ville pilote en matière de transport en commun grâce aux trolleybus ».
En attendant de pouvoir prendre, un jour, son trolley bus place Bouillaud Jacques Dutheil continue à aller travailler en vélo. Personne n’a réussi à lui vendre une voiture

Un marathon de deux mois
Jacques Dutheil entame aujourd’hui à Fléac son tour de l’agglomération angoumoisine. Grâce à neuf panneaux qu’il a lui mêmé confectionné, il explique son projet, textes et photos à l’appui. « Pour faire passer la pilule », selon sa propre formule, sur un sujet un peu aride et technique, ,Jacques Dutheil a également intégré des dessins humoristiques à son exposition. Une manière d’ouvrir le débat et de ,sensibiliser la population à la veille de la reprise des réunions sur le PDU.

Vous pouvez consulter cette exposition à Fléau (mairie) jusqu’au 10 août. A Angoulême du 10 au 17 août (sous réserve de confirmation par la mairie). A Saint-Yrieig (marie) du 18 au 24 août. A L’Isle-d’ Espagnac A (mairie) du 26 au La Couronne (mairie) du 1er au 8 septembre. Au Gond Pontouvre (mairie) du 8 au 16 septembre. A Ruelle (salle communale en face de la mairie) du 10 au 22 septembre. Jacques Dutheil pourrait finir le mois à la préfecture de Charente à Angoulême, sous réserve d’une de confirmation. De toutes les communes sollicitées, seule celle de Soyaux a refusé d’accueillir son exposition itinérante.

(1) le chiffre du projet a été réalisées collaboration avec un membre de AUTC Limoges.
(2) la taxe versement transport est payée par toutes les entreprises situées dans le périmètre de la STGA ; elle se monte A 1% de leurs masses salariales

Lien Permanent pour cet article : https://fnaut-pc.asso.fr/2000/08/29/il-reve-de-bus-electrique/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*