FNAUT : une force de proposition

Paru dans la Nouvelle République des Deux Sèvres du 31 mai 2005

Samedi, l’avenir du transport ferroviaire dans le nord des Deux-Sèvres fut l’objet d’une discussion animée à Bressuire. Avec la FNAUT pour porte-voix…
C’est impressionnant, une réunion de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT). Avec une forme véhémente de passion, ses adhérents savent défendre leurs convictions en multipliant des arguments détaillés. La longueur des voies entre deux gares ? Les projets d’achats de locomotives diesel par la SNCF ? Ils maîtrisent tous ces paramètres !
« Nous avons deux vocations, souligne Jacques Michaux, président de la FNAUT des Pays de la Loire. D’abord, faire de la prospective, pour donner des idées aux élus. Malheureusement, souvent nous avons eu raison trop tôt et il faut alors se transformer en pompiers ! C’est le cas pour la desserte ferroviaire entre Thouars et Bressuire…»
Toutefois, la FNAUT a bien l’intention d’œuvrer pour que ce tronçon de l’axe Nantes-Poitiers puisse retrouver, un jour, son intérêt pour les voyageurs : « Nous sommes encore dans une logique toute routière et tous les élus n’ont pas pris conscience du problème, résume Sylvain Ruault, représentant de la FNAUT Poitou-Charentes à Bressuire. Le contexte n’est pas favorable : nos impôts financent des 2×2 voies, alors que le trafic ferroviaire, lui, doit s’autofinancer. Pourtant, nous avons la chance d’avoir eu jadis un investissement de l’État dans ce réseau ferré qui est encore aujourd’hui
Un patrimoine important. Un patrimoine que nous sommes en train de dilapider du profit du réseau routier… »
Des projets en cours.
Mais la prise de conscience est en cours. Avec leur vision à long terme, les adhérents de la FNAUT ne manquent pas d’évoquer la crise du pétrole et la raréfaction de cette énergie, qui pourrait remettre à l’honneur des solutions ferroviaires. En attendant, ils soutiennent Fabrice Charrier, qui tente d’obtenir la réouverture de la ligne de Parthenay vers Chalindrey, pour desservir les carrières Rambaud de La Peyratte : « Cet
été, un train-témoin partira de Parthenay pour mettre en valeur cette solution, souligne le porteur de projet. L’objectif, est quand même d’éviter 300 rotations de camions par jour ! Quand on parle de sécurité routière ou de pollution, ce n’est pas rien !»
Dans le domaine du fret, certains regardent déjà vers juin 2006, date à laquelle d’autres structures que la SNCF (privées mais aussi des sociétés d’économie mixte) pourront intervenir sur le réseau. Ce sera peut-être l’occasion de mettre un frein à la fermeture de lignes : « La SNCF, au nom de la rentabilité, a supprimé 39.000 trains de fret l’an dernier ! » rappelait un participant.
Et Jeanine Zeekaff, conseillère régionale, rappelait l’intérêt local d’un développement du trafic marchandise : «J’ai eu l’occasion d’en parler avec des gens d’Heu-liez au sujet du transport de l’Opel Tigra : ils voulaient faire des trains de voitures, mais le coût proposé par la SNCF était tellement élevé qu’ils ont choisi les camions… »
Éric BERBUDEAU
Contact : FNAUT Poitou-Charentes, La Messandière, 16260 Suaux, web : fnaut-pc.asso.fr
DEUX-SEVRES
Sylvain Ruault avait réuni Mauricette Ringuet (membre du conseil national de la FNAUT) et Jacques Michaux (président de la FNAUT Pays de la Loire) pour cette réunion à Bressuire.

Lien Permanent pour cet article : https://fnaut-pc.asso.fr/2005/05/31/fnaut-une-force-de-proposition/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*