Le Poitou-Charentes toujours une logique tout-routier !

Communiqué de presse du 10 juin 2005

Deux morts et des millions d’euros de dégâts dans le tunnel du Fréjus, fermé à la circulation pour plusieurs mois ; cinq personnes brûlées vives dans des voitures écrasées par un poids lourd fou sur l’A7 et un adjoint au maire tué par un poids lourd sur la RN 149. Ces faits divers dramatiques survenus récemment relancent le débat sur le rééquilibrage nécessaire entre la route et le rail. Dans ce contexte, la FNAUT Poitou-Charentes tient à exposer sa position sur un dossier majeur de l’aménagement du territoire en Poitou-Charentes :

Les liaisons Niort-Limoges et Nantes-Poitiers-Limoges

De Niort ou Poitiers vers Limoges par la route :

Le Poitou-Charentes dispose déjà de plusieurs autoroutes et deux-fois deux voies. Les projets d’aménagement de la RN 149 et 147 et la création de l’autoroute Niort-Limoges ne sont pas nouveaux. Les problématiques de ces deux axes confirment une transformation dans les échanges du Poitou-Charentes : la densification des trafics Ouest-Est. Alors que la Région Poitou-Charentes est devenue une vitrine pour l’excellence environnementale, peut-on accepter de réaliser deux aménagements qui ne feront que renforcer la suprématie de la route ? Peut-on laisser financer par nos impôts des routes qui sont traversées par des transporteurs routiers rendant celles-ci toujours plus dangereuses ?

Une autre politique des transports s’impose en Poitou-Charentes. Si un axe routier Ouest-Est doit être réalisé, il faut favoriser les économies financières et aussi environnementales. L’itinéraire La Rochelle – Limoges existe déjà et il est gratuit par Saintes. Dans ce contexte, pourquoi réaliser deux aménagements routiers ?

Quels financements pour quel aménagement du territoire ?

Pourquoi les habitants du Poitou-Charentes devraient-ils financer des infrastructures routières dont les bénéficiaires seront les transporteurs routiers ? Il faut éviter une fuite en avant vers le tout routier. En effet, la réalisation d’un seul itinéraire permettra de mobiliser des financements pour les projets ferroviaires.
De plus, l’ouverture du nouvel aéroport de Nantes à Notre Dame des Landes va créer un besoin de transport vers l’ouest. Une desserte ferroviaire de ce nouvel aéroport est prévue depuis Nantes. Il serait néfaste pour le Poitou-Charentes que la capitale régionale n’y soit pas directement connectée. La liaison ferroviaire Nantes-Poitiers ne nécessite pas de gros travaux puisque l’infrastructure existe déjà, la remise en service peut donc être rapide et sans impact sérieux sur l’environnement. Le coût de cette réactivation serait de l’ordre de 0,3 milliard d’euros soit plus de 3 fois moins que l’une des liaisons routières dont le coût s’élève à plus de 1 milliard d’euros. La réalisation de ce barreau Est-Ouest justifierait la modernisation de Poitiers-Limoges. Celle-ci qui était prévue au contrat de plan 2000-2006 n’est toujours pas commencée et pendant ce temps là les morts s’additionnent et les projets routiers avancent.

Le développement durable doit s’imposer aussi aux collectivités et à l’Etat :

Ce n’est pas en poursuivant la politique actuelle de développement du réseau routier que l’on va faire ralentir la croissance du trafic. Les grandes paroles ne suffisent plus, il faut une véritable politique alternative des transports en Poitou-Charentes. On ne peut pas seulement comparer les coûts des différents modes de transport. En effet, un camion qui roule sur une deux fois deux voie bénéficie d’une infrastructure payée par l’Etat c’est à dire nos impôts. A l’opposé, le transport ferroviaire doit s’autofinancer c’est-à-dire qu’un camion dans un train doit payer le coût du transport plus le coût d’aménagement et d’entretien de la voie…n’y a t-il pas un problème ?

La région Poitou-Charentes qui prône l’excellence environnementale oublie-t-elle que ce principe peut aussi s’appliquer à l’aménagement du Territoire ? Nous demandons à La Présidente de Région et aux Elus qu’ils se positionnent sur ce dossier dans le sens d’un aménagement du territoire qui place effectivement le rail comme mode de transport alternatif à la route.
Nous demandons également à l’Etat c’est-à-dire au Ministre des Transports et à la Direction Régionale de l’Equipement de bien réfléchir et d’appliquer réellement la Charte de l’Environnement qui fait désormais partie de notre constitution française.

La responsabilité des politiques est lourde car ce sont eux qui entretiennent la domination de la route malgré de beaux discours. Le Poitou-Charentes doit montrer que l’environnement est désormais l’affaire de tous.

Lien Permanent pour cet article : https://fnaut-pc.asso.fr/2005/06/10/le-poitou-charentes-toujours-une-logique-tout-routier/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*