TER, l’harmonie à construire

Articles Charente Libre.

Des tarifs disparates. Des équipements inégaux. Des politiques différentes. Hier, les trois régions préparaient l’union des transports. Beaucoup de questions restent sans réponses.

Les usagers craignent les ruptures de service avec la fusion des régions.. PHOTO/Photo Majid Bouzzit Près de trois heures de réunion. « Mais aucune décision concrète n’a été prise », assure Françoise Coutant. La vice-présidente de la région Poitou-Charentes, chargée des transports, a rencontré hier, dans une salle du lycée professionnel Jean-Rostand à Angoulême, ses deux homologues du Limousin et de l’Aquitaine. Objectif, préparer une fusion qui s’annonce compliquée sur le plan du transport.

Tarifs disparates, état des lignes contrasté, vétusté du matériel roulant inégale, qualité de service sur les lignes déséquilibrée, l’élue Europe Écologie Les Verts, tête de liste pour la future grande région, soutient qu’aucun de ces points n’a été abordé hier. « C’était une première mise au point sur des délibérations communes à prendre sur l’énergie, le transport. »

Si les politiques n’ont pas encore de réponses, les usagers ont des questions. Des inquiétudes parfois. Noémie Gourdon, étudiante de Ronsenac craint une menace de fermeture de certaines petites gares de campagne. « Le Ter reste un moyen de transport très important dans nos petites campagnes », milite celle qui deux fois par semaine, pendant deux ans, faisait Montmoreau-Bordeaux en train.

La Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut) s’inquiète plus de la fréquence des trains sur les axes interrégionaux. « Entre Angoulême et Limoges par exemple, on ne peut pas augmenter la fréquence des dessertes tant qu’il n’y aura pas une signalisation automatique », résume Benoît Groussin, vice-président de la Fnaut Poitou-Charentes.

Une fusion difficile

De toute façon, sur cet axe, si rien n’est fait pour rénover la voie, « la vitesse limite sera baissée à 60 km/h entre Angoulême et Roumazières », regrette celui qui rêve pourtant d’une ligne directe Limoges-Royan, sans changement à Angoulême. Il espère la même chose entre Bordeaux et Limoges: « Pour l’instant, il y a rupture de charge à Périgueux. »

Henriette Trimoulinard, présidente d’honneur de la Fnaut Poitou-Charentes prédit une fusion difficile, « notamment parce qu’il n’existe aucune transversalité entre le Poitou-Charentes et le Limousin ». « La ligne Poitiers-Limoges a bien été rénovée mais elle n’est pas aussi performante que prévu. » Malgré ces inquiétudes, Benoît Groussin est optimiste. « C’est une belle opportunité pour ouvrir des chantiers. »

Celui des correspondances par exemple. Il va falloir irriguer le territoire autour de l’arrivée de la ligne à grande vitesse (LGV) à Poitiers, Angoulême et Bordeaux en 2017. « C’est pour ça que l’électrification Angoulême-Saintes est inscrite au contrat de plan État-Région [120 millions d’euros, NDLR], il y a une forte demande sur Cognac. » Des travaux qui risquent se faire attendre, SNCF Réseau n’a pas la main-d’oeuvre nécessaire pour lancer le chantier, tant que celui de la LGV n’est pas fini.

L’harmonisation tarifaire s’annonce aussi comme un casse-tête. Même la SNCF ne sait pas forcément répondre à la question combien ça coûte (voir infographie). On constate une inégalité flagrante des prix, selon qu’on réside en Aquitaine ou en Poitou-Charentes, pour faire Angoulême-Bordeaux. Idem, sur les trajets intrarégionaux. En Poitou-Charentes, le pass mobilité permet de payer 70 € (pour un abonnement annuel) quel que soit le trajet. En Aquitaine, pour faire au quotidien Bordeaux Arcachon, c’est 101,90 € par mois.

« Les différences s’estomperont spontanément avec le temps », rassure Jacky Emon, conseiller régional Poitou-Charentes, spécialiste du dossier. Il espère notamment que la progression annuelle de 25 % du nombre de voyageurs convaincra les autres régions que la politique tarifaire choisie ici est la bonne. Les trois vice-présidents ont prévu de se revoir pour en décider, mais aucune date n’a été fixée. « Nous attendons des restitutions d’études », explique Françoise Coutant.

Lien Permanent pour cet article : https://fnaut-pc.asso.fr/2015/05/23/ter-lharmonie-a-construire/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*