La ligne Nantes-Bordeaux sous surveillance

L’association pour la promotion de la ligne Nantes-Bordeaux veut des travaux de modernisation.

Les représentants de l'association APNB reçus par RFF. Jacques Ottaviani, président, Benoit Groussin et Mauricette Ringuet, vice-présidents DL;de Poitou-Charentes et des Pays de la Loire. (Ouest France)À l’issue de la réunion avec Johan Martin, le délégué de Réseau Ferré de France, (RFF), le président de l’association pour la promotion de la ligne Nantes-Bordeaux, Jacques Ottaviani, avait le sentiment que l’étude commencée depuis deux ans par les collectivités et l’État avait avancé.

De quoi le réjouir après la suppression du train de nuit Nantes-Bordeaux et le passage à trois rotations par jour. « On nous a assuré que le pont sur le Lay, à La Bretonnière, construit en 1869, et à bout de souffle, allait être reconstruit pour 2015. » C’est l’un des points noirs sur la ligne inter-cités qui relie Nantes à Bordeaux, obligeant le train à passer à 40 km/h

Mais c’est toute la ligne, du côté de La Rochelle, qui devrait être remise en état pour fidéliser les voyageurs. Par endroit, la voie est en mauvais état et sinueuse, obligeant le train à ralentir.

Les motrices diesel vieillissent. « On a perdu ainsi une demi-heure sur le trajet de 376 km », a calculé le vice-président Benoit Groussin, alors qu’on pourrait en gagner presque autant avec des aménagements estimés à 220 millions d’euros.

« Mais ce n’est pas la priorité de la SNCF », déplore le président. Cela en est une pour lui et pour les deux millions d’usagers de la Région qu’il représente. Des gens comme Mauricette Ringuet, de La Roche -sur-Yon, soucieuse de l’aménagement équilibré des territoires et attachée au train. « Et aux transports moins polluants ».

L’étude en est à sa deuxième phase. « Rien n’est encore décidé, car les co-financeurs sont les trois régions, les six départements, les onze collectivités, avec l’Etat via la SNCF et RFF. »

L’association se réjouit d’avoir désormais son mot à dire « En tant qu’usagers, on a des arguments et des compétences techniques », affirme, dossiers en main, Jacques Ottaviani.

Ouest France le 28 octobre 2011

Lien Permanent pour cet article : https://fnaut-pc.asso.fr/2011/11/07/la-ligne-nantes-bordeaux-sous-surveillance/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*